AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

tomorrow, i will be a winner △ ALD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
» Auteur» Post

avatar

A. Ludmila Dostoïevski
J'suis un vrai membre tahvu
♙ STATUT : Russie
♙ DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 153
♙ AGE : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: tomorrow, i will be a winner △ ALD Jeu 28 Juin - 17:11





Anastassia Ludmila Dostoïevski


feat. Phoebe Tonkins

Identité







Age: 19/09/2015 soit 20 ans.
Situation: divorcée depuis quelques mois.
Poste, métier: deuxième chef d'équipe de la Russie, assistante en anthropologie judiciaire.
Origines: Russes.
Passions: les os, faire chier le monde et la vodka, principalement. sinon, les sciences, les livres, se promener dans la nature, se baigner dans la mer, la photographie et les mathématiques.
Objectif(s): devenir encore plus célèbre que si elle était devenue la meilleure anthropologue judiciaire de la Russie.
jalouse
chiante
prétentieuse
déterminée
menteuse
franche
perfectionniste
rationnelle
bornée

Caractère

Ce que je suis:

Je suis une femme dotée d’une très grande intelligence, voire je pense que je suis une des femmes les plus intelligentes du monde – si ce n’est la première. Sinon, je suis une femme très déterminée, responsable et rationnelle. Têtue et bornée, je tiens tête à tout le monde, au risque de friser l’insolence de temps en temps mais je fous royalement. Je sais que j’ai très souvent raison, alors je préfère prôner mes idées que de suivre celles des autres. Etant très perfectionniste, j’aime quand ça soit bien droit, bien fait et bien rangé. L’ordre est un des meilleurs moyens pour réussir et même pour gagner. Je préfère dire ce que je pense, sans cacher la vérité allant même à blesser les gens s’il le faut, d’où ma très grande franchise. Mais il m’arrive de mentir, quand il s’agit de ma propre personne. Je peux être aussi très jalouse, violente et je montre rarement mes vrais sentiments de peur d’être à nouveau blessée. Je reste des fois sur mes gardes, mais étant impulsive de temps en temps, il m’arrive de ne pas assez réfléchir avant d’agir. Néanmoins, ce genre de situations sont très rares, voire carrément inexistantes. Enfin, je suis très tournée vers ma famille mais je préfère ne pas beaucoup le montrer. Ils le savent, et c’est le principal. Je ferais tout pour les protéger. Pour finir, j’entends beaucoup de gens dire que je suis très prétentieuse. Je ne les comprends pas car après tout, j’ai le droit de vanter toutes mes qualités… non ?

Ce que l'on dit de moi:

« Ludmila ? Bah c'est ma soeur quoi ... Enfin quand je dis soeur, je ne peux m'empêcher de rajouter les guillemets étant donné que je ne suis pas une vraie Dostoïevski et qu'elle me l'a toujours fait ressentir. Au départ, je dois bien avouer qu'elle me faisait un peu peur mais dans le fond, je sais qu'elle n'est pas mauvaise. Elle sait ce qu'elle vaut et ce qu'elle veut et tient à sa famille plus qu'à tout alors pourquoi lui reprocher son attitude ? Je préfère rester à distance mais je garde un oeil sur elle surtout pour ces Search Games à venir, raison pour laquelle je me suis engagée dans la bataille. » (Nirvana, sa sœur adoptive)

« Cette fille, c’est une canon. Et puis, elle est tellement… Enfin bref, on ne va peut être pas aborder ce sujet là. Sinon, dans le domaine professionnel, Ludmila c’est une femme qui est très déterminée dans son travail et pas que dans ça d’ailleurs. Elle sait faire prendre de responsabilité, de rigueur, d’intelligence quand il le faut. Et puis, elle est capable de se mettre en danger lorsqu’il le faut. Enfin, pour toute franchise, je préférerai travailler avec elle, qu’avec le Docteur Lipvosky. Ce n’est pas du tout le même genre… Ludmila devrait être une meilleure coéquipière que le Docteur Lipvosky… » (l’agent Petroff)

« Mademoiselle Dostoïevski est une de mes meilleures assistantes. Son travail reste toujours très pertinent et très structuré. J’aimerais beaucoup la garder dans mon équipe, mais je sais très bien qu’elle en veut plus. Au fil des années, j’ai observé cette tendance chez Mademoiselle Dostoïevski. Elle n’est jamais comblée. Elle cherche toujours à aller plus loin. Qualité qui peut être bénéfique dans un certain sens, aussi. Enfin, ça ne m’étonne pas qu’elle va participer aux Search Games. Dotée d’une très grande intelligence, d’une immense détermination et étant aussi très rigoureuse et rationnelle, elle saura faire ce qu’il faut au bon moment. Surtout qu’elle est fière d’elle, et très prétentieuse. Elle saura donc montrer ses qualités à son équipe. Il en est certain. » (le Docteur Lipovsky).

« Cette femme, c’est le diable en personne. Il faut s’en méfier comme on se méfie de la peste. Elle est d’une beauté fatale, qui peut vous glacer le sang. En plus, elle sait qu’elle est envoutante, belle et charmante. D’ailleurs, elle en joue terriblement. Elle vous emprisonne dans ses filets, et vous êtes obligés de boire à son poison tellement, vous ne pouvez pas résister à la tentation. Je m’y suis fait prendre… Et tout ce que je peux vous conseiller c'est d'être toujours en garde avec elle. Les apparences sont trompeuses. Ludmila, c’est le diable. Elle vous ment comme elle respire. » (Andreï, son ex-mari)

« Ludmila, c’est comme un fondant au chocolat. En apparence, elle vous paraît froide, hautaine, glaciale et sans sentiment… Mais à l’intérieur, comme le cœur du gâteau au chocolat, c’est une fille adorable et je ne dis pas ça car elle est ma sœur et de surcroit ma jumelle. Certes, elle ne me ressemble pas du tout, et elle a bien raison d’être prétentieuse, déterminée, sérieuse et toutes les autres qualités qu’elle possède car c’est une femme qui le mérite humblement étant une des meilleures femmes du monde mais on a une seule chose en commun, c’est cet esprit tourné vers la famille. Elle fera tout pour protéger sa famille. Même Nirvana. C’est une femme qui reste douce et sensible, mais elle ne le montre quasiment jamais… hélas. Mais, elle restera déterminée pour tout frisant le danger s’il le faut. Elle arrivera à prôner ses qualités dans son équipe, qui sera d’ailleurs la meilleure… Ca ne peut pas être autrement. Par contre, j’ai peur… Terriblement peur. Je ne veux pas la perdre. Elle est tellement imprévisible… » (Issaak, son frère jumeau)

Histoire

Mon passé c'est toute une histoire:

Ϟ CHAPITRE I
Un nouveau cadavre était posé sur l’établi. Donc, ceci voulait dire une nouvelle enquête judiciaire. On allait encore devoir retrouver l’identité de la victime puis celle de l’assassin tout en prouvant un parfait mobile, l’arme et la scène du crime. Ca allait être tout simplement excitant. Mais surtout, ça allait être une nouvelle situation dans laquelle je pouvais encore prouver au Docteur Lipovsky que j’étais meilleure qu’elle dans le domaine de l’anthropologie – en autre. « Mademoiselle Dostoïevski, pouvez vous me faire un compte rendu sur l’état du cadavre ? Avez-vous pu retrouver le nom et prénom de la victime ? ». En entendant cette voix féminine dépourvue de sentiments et d’émotions – comme à chaque fois – je relevai mon regard, qui avait été posé pendant quelques heures seulement sur le dit cadavre. Je lui adressai un rapide sourire en coin – qu’elle ne me retourna pas comme d’habitude – puis je commençai mon analyse. Analyse tout à fait vraie. « Notre victime est une femme âgée d’une trentaine d’années. La taille et la profondeur du bassin peut nous confirmer cette hypothèse. » expliquais-je dans un premier temps. Puis, je me déplaçais vers un écran qui affichait plusieurs radios du squelette de la victime. « En observant sa colonne vertébrale, elle était d’une petite taille et avait une scoliose bien prononcée pour son âge. Elle devait souffrir d’un mal de dos quotidiennement. Donc, notre victime s’appelle Olga Belograski. – je mis alors à cliquer sur une souris afin d’afficher la photo d’une femme aux cheveux blondes, d’une trentaine d’années. – Cette dernière était âgée de 32 ans, mesurait 1,53 mètres ce qui est en dessous de la moyenne d’une femme de trente ans et elle a fait plusieurs opérations à propos de son mal de dos, mais aucune n'a réellement marché. Enfin elle a disparu il y a un mois à peine. Mais personne n’a signalé sa disparition. Même pas son mari… » concluai-je, en fixant un regard déterminé sur le visage du Docteur Lipovsky. J’avais tout juste. Je le savais. Elle m’adressa un rapide sourire, en hochant la tête. « Du bon travail Mademoiselle Dostoïevski. Je vais demander à Kallista de faire une reconstruction faciale. Sinon, pouvez vous me dire quelques détails sur la mort de notre victime ? ». Je hochai alors la tête, sachant pertinemment ce que je devais dire. « Approchez vous, Docteur Lipovsky, car j’ai trouvé une légère lésion sur la septième cote. Il y a un tout petit trou dans l’os, vous voyez ? » lui demandais-je, tout en approchant une sorte de caméra qui renvoyait les images, tout en zoomant, sur un écran d’ordinateur. « Donc, peut être que cette lésion a provoqué la mort de la victime. Elle a du être tuée par une balle, ce qui expliquerait la lésion et le petit trou. On a d’ailleurs retrouvé la balle. » lui expliquais-je, tout en lui donnant une petite boite transparente, dans laquelle reposait une petite balle, devançant ainsi le Docteur Lipovsky, qui allait surement poser cette question. « Mais je ne pense pas que ça soit réellement l’arme du crime car la balle n’a pas du toucher le cœur, en observant la position de la balle par rapport au cœur… Ce n’est pas du tout du même coté. ». Je la regardais, toujours très fière de moi-même. Je savais que mon analyse était pertinente et excellente. Le Docteur Lipovsky hocha la tête, ne montrant aucune expression de satisfaction. « Bon travail, Mademoiselle Dostoïevski. Continuez pendant que je vais appeler Petroff » me dit-elle en sortant de la salle, tout en composant le numéro de l’agent Petroff, son fidèle coéquipier – qui était à la fois très craquant et sportif au lit. J’avais réussi à lui montrer, une fois de plus, que mes compétences étaient exemplaires pour mon jeune âge… Je lui piquerai sa place un jour - d'ailleurs je lui avais déjà volé son cher coéquipier. Je le savais.

Ϟ CHAPITRE II
Et une énième dispute. Une nouvelle, mais un peu plus violente que les précédentes. Je ne pensais pas que ça allait se finir comme ça. D’ailleurs, comment on en était arrivé là ? On se disputait presque tous les jours, soit le matin, soit le soir, ou encore les deux fois tellement on ne s’entendait plus du tout. Je claquais la porte, enfin rentrée de l’institut dans lequel je travaillais depuis un peu plus de deux ans, en tant qu’assistante en anthropologie, pour le Docteur Lipovsky. Mais à peine mes clés posées sur le petit buffet, à coté de la porte, que j’entendis sa voix. Il devait être déjà rentré, sachant qu’il était déjà très tard. « Déjà rentrée ? » entendais-je du salon. Je soupirai, secouant la tête en remarquant son ton ironique : il était déjà irrité. « Yeah ! Je te parle Ludmila ! » renchérit-il, un peu plus froidement, face à mon silence et à mon non apparition dans le salon car j’avais décidé de ne pas bouger de là où j’étais. Il viendra, c’était sûr. En effet, il ne mit même pas deux minutes pour débouler, furieux, devant la porte d’entrée tout en jurant quelques insultes en russe incompréhensibles. « Mais bordel Lud’ ! T’as vu l’heure ! Pourquoi tu rentres si tard ? Tes os sont beaucoup plus passionnants que ton propre mari ? » me questionna-t-il, en me fusillant du regard. En le regardant ainsi, j’eus pitié de lui puis je sus que c’était une nouvelle dispute qui allait éclater mais surtout que celle-ci allait être la dernière. « Oui. » admis-je, dans un premier temps, tout en le fixant. Mais je lui mentais. Mais ça m’était égal car j’en avais vraiment marre de toutes ses nombreuses crises, devenues récurrentes. « En ce moment, on a beaucoup de travail tu sais. Le cadavre qu’on a retrouvé n’est vraiment pas du tout en bon état donc, c’est dur de trouver le criminel et l’identité de la victime. » expliquais-je, tout en m’enfonçant dans mon propre mensonge. En réalité, je ne revenais pas de l’institut. Mais, habituellement, mes mensonges marchaient toujours, hélas, sauf celui là. « Lud’, arrêtes de me mentir. Tu mens comme tu respires depuis quelques mois déjà. » dit-il, tout en se rapprochant de moi. Pour la première fois, j’avais peur de lui. Son regard était tellement froid, que je sentis quelques frissons me parcourir partout dans le corps. Plus il s’approchait de moi, et plus je reculais. Le silence s’installa entre nous, et seuls nos regards semblaient continuer à parler ensembles. Puis, je sentis le mur contre mon dos. Il me parut glacial. « Lud’ je me demande pourquoi je t’ai épousé il y a deux ans. A cette époque là, tu étais tellement belle et gentille. Maintenant, je ne te reconnais plus... Tu me mens à chaque fois. Ta rationalité est exaspérante. Tu as tellement changé... » finit-il par lâcher lourdement, et avec amertume. Son regard me fixait toujours. Il se colla alors à moi, afin que je ne puisse m’échapper de son étreinte. « Je ne te mens pas. Je te dis la vérité. Et je me dois d’être MEILLEURE qu’elle, que le Docteur Lipovsky car je sais que je suis MEILLEURE qu’elle. Andreï --- » lui criais-je, mais il plaqua sa main contre ma bouche. « Chut Ludmila ! Tu vas me le payer sale garce ! ». Je sentis alors sa bouche contre la mienne, mais ce baiser ne ressemblait plus du tout à ceux qui me donnait au début de notre histoire. Son haleine avait le gout de la vodka. Il avait bu en m’attendant. Finalement, ses lèvres descendirent dans mon cou, et je sentis ses mains contre ma peau. Il commençait à me déshabiller. Que faisait-il ? Je ne pouvais m’échapper. J’étais toujours plaquée au mur. « Andreï… Arrêtes de déconner -- ». Mais je n’eus pas le temps de finir ma phrase car je sentis un second contact entre nos lèvres : il m’embrassait encore violemment. Tout comme ses gestes, ses caresses qu’il me faisait. Alors, pour la première fois, une larme remplie de douleurs et de souffrances coula sur ma joue. Mais il n’en avait rien à faire. Il continuait son petit jeu qui avait certainement comme but, celui de me faire souffrir, et ce pendant toute la nuit. Comment on n’en était arrivé là, nous un couple si parfait au départ ? Quelques jours après cette nuit glaciale, il demanda le divorce.

Ϟ CHAPITRE III
A présent divorcée, Andreï avait totalement disparu de ma vie. Il était parti en s’assurant que je raconte rien à quiconque de ce qui s’était passé lors de la fameuse nuit. Mais je n’avais rien dit. Je refusais de le dire à quiconque. Je ne voulais pas montrer ma douleur et ma souffrance, ces dernières disparaissant petit à petit. Je ne désirais pas passer comme faible, car je n’en étais pas une tout simplement. Mais, je commençais à me lasser de mon quotidien. Depuis le départ d’Andreï, je me sentais comme délaissée et abandonnée. Je ressentais comme un manque, bien que je voyais de temps en temps l’agent Petroff. Celui ci arrivait encore à combler ce vide. Mais je me commençais aussi à me lasser de lui. Je voulais du neuf. Je voulais faire autre chose que de parler avec des os pendant toutes mes journées. C’était trop monotone, tout simplement. J’en voulais plus et plus vite. Puis, un jour, le gouverneur Eknel Sinoth annonça une nouvelle : les jeux de la recherche. Ainsi, je savais ce que je devais faire pour casser la routine, pour devenir encore plus célèbre que si j’étais devenue la meilleure anthropologue judicaire : y participer. Alors, quelques jours après cette annonce, je pris la direction de la maison familiale pour leur avouer que j’y allais participer. « Papa ? Maman ? Isaakk ?... » interrogeai-je la maison vide. Ma mère sortit d’une porte, qui débouchait dans le salon, un sourire aux lèvres, certainement ravie de me voir enfin de retour. « Ma chérie ! Je suis contente de te revoir ! » me fit-elle en m’embrassant sur mes deux joues. Ma mère, c’était toujours comme ça. « Luuuuuuuuuuuuuud' ! ». Ca c’était mon frère jumeau, Isaakk, qui m’avait entendu arriver. Il descendit les escaliers, et sauta à mon cou. Je le serrai contre moi. Il m’avait manqué. « Il n’y a pas les autres ? » demandai-je, surprise. Ma mère secoua la tête. « Non, ton père est parti en ville avec ta petite sœur et ton autre frère. Quant à Nirvana, elle n’est toujours pas revenue. » dit-elle en soupirant, tristement. Je grimaçai en entendant le prénom Nirvana. C’était ma sœur, et j’avais du l’accepter à contre cœur. « Mais tu es revenue toi, donc, c’est le principal hein ? » me demanda ma mère, en essayant de croire que je n’allais pas repartir de suite. Mon sourire faiblit alors, et mon visage devint sévère. « Je ne vais pas rester longtemps Maman. Car je venais vous annoncer que… Je vais participer aux Search Games. Donc, je pars demain. » expliquai-je, déterminée. Ce fut à ce moment là que je vis ma mère, pour la première fois, fondre en larmes. Le visage de mon jumeau blêmit également. Il n’y avait plus qu’un silence entre nous trois. Un lourd silence glacial.


derrière l'écran


Par quel prénom peut-on t'appeler : Bibou, ou encore mieux, déesse Arrow
Ton pseudo sur la toile : Bibou
Combien tu as soufflé de bougies : dix neuf bougies, et encore toutes mes dents
Comment t'as découvert Search Games : c'est un pingouin volant aux taches roses qui m'a donné l'adresse de ce p'tit trésor océanique Arrow
Pourquoi tu as décidé de t'inscrire : ben parce que c'est comme CA, ok ? *sbaff* Non, mais la fonda, je l'adore beaucoup, beaucoup donc je me suis dis que j'avais encore l'embêter Mais sinon, car le contexte est très original et que j'ai pas résisté (cey mal *sbaff*)
Tu as lu le réglement ? Alors son p'tit code c'est ? : Validé par Mywon.
Ta citation favorite : Ce qui ne tue pas rend plus fort
Le mot de la fin: prout ! hum, ça sent la rose Arrow


Cette fiche a été codée par Orange de CSSActif et modifiée par Eylika.


_________________________

to forget past, to live present
« But there's a side to you that I never knew, never knew. All the things you'd say, they were never true, never true. And the games you'd play, you would always win, always win » •• adele, set fire to the rain


Dernière édition par A. Ludmila Dostoïevski le Mar 3 Juil - 9:52, édité 61 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Ludmila Dostoïevski
J'suis un vrai membre tahvu
♙ STATUT : Russie
♙ DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 153
♙ AGE : 25


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: tomorrow, i will be a winner △ ALD Jeu 28 Juin - 17:13

plusunaucasoù Arrow

_________________________

to forget past, to live present
« But there's a side to you that I never knew, never knew. All the things you'd say, they were never true, never true. And the games you'd play, you would always win, always win » •• adele, set fire to the rain
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Mywon N. Abernathy
The fonda rules your world
♙ STATUT : Ancien chef de l'équipe USA. J'étais pour la course et je suis fasciné par l'Atlantide.
♙ DATE D'INSCRIPTION : 02/02/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 727
♙ AGE : 26


Informations RPsiennes
♙ EUX:
♙ LES NOTES:
♙ RECOMPENSES ACQUISES:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: tomorrow, i will be a winner △ ALD Jeu 28 Juin - 18:16

Bienvenue officiellement miss (et non, tu m'embête pas. XD)

_________________________

MYWON NAÏRICK ABERNATHY
I remember tears streaming down your face when I said, I'll never let you go, when all those shadows almost killed your light, I remember you said, don't leave me here alone, but all that's dead and gone and passed tonight, just close your eyes, the sun is going down, you'll be alright, no one can hurt you now, come morning light, you and I'll be safe and sound.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: tomorrow, i will be a winner △ ALD Jeu 28 Juin - 18:53

    Une gens de DOF
    Bienvenue parmi nous ! Phoebe le bon choix I love you
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Elayka T. Saÿtanem
J'administre Search Games
♙ STATUT : Civil contre la course.
♙ DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 205
♙ AGE : 22
♙ LOCALISATION : Fly ♪


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: tomorrow, i will be a winner △ ALD Mar 3 Juil - 10:17





Bravo Ludmila !








Tu es validé ! Tu vas pouvoir commencer à RP, mais avant ça, voici quelques petites choses à faire pour évoluer correctement parmi nous :

♙ Commence par faire recenser ton avatar pour de bon ici en n'oubliant pas de poster également dans le bottin des prédéfinis si ton choix s'est porté sur un PV.
♙ Passe également dans cette partie pour te faire recenser dans les différents sujets qui concernent ton personnage, c'est très important !
♙ Il va te falloir créer une fiche de liens pour ton personnage, personne ne mord ici et tu pourras peut-être faire des connaissances ?
♙ Puis une fiche de RP qui est pratique pour accéder directement à tes écris. Mais n'oublie pas, le formulaire n'est pas obligatoire !
♙ N'oublie pas de remplir tous les champs de ton profil, et surtout les liens de tes fiches pour qu'on puisse facilement et rapidement les consulter ! Génère également ta fiche de personnage, qu'on puisse suivre ton avancée !
♙ RP c'est bien joli, mais je te conseille de lire les intrigues pour pouvoir évoluer en conséquence et te tenir au courant de ce qui se passe chez les concurrents.
♙ Tout est okay, tu peux commencer à t'amuser ! (si ça n'était pas encore le cas jusqu'à présent). Si tu as la moindre question, toute l'équipe est à ton écoute et sa boîte à MP t'est grande ouverte !

Bon jeu sur Search Games !

_________________________


Just live my life.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: tomorrow, i will be a winner △ ALD

Revenir en haut Aller en bas

tomorrow, i will be a winner △ ALD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» MRC ROAD WINNER (VINTAGE)
» porsche 956 24 h du mans winner 1983
» A BETTER TOMORROW TRILOGY
» winner le mans 1995 / 1996
» The Tomorrow People [série]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SEARCH GAMES : ATLANTIS :: Vos personnages :: Votre présentation :: C'est tout bon !-