AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

«What is your problem ?!» ✖ ft.Ludmila

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
» Auteur» Post

avatar

Adriane G. Lotterer
J'administre Search Games
♙ STATUT : Allemagne
♙ DATE D'INSCRIPTION : 03/07/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 140
♙ AGE : 21


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: «What is your problem ?!» ✖ ft.Ludmila Lun 9 Juil - 16:21





Adriane G. Lotterer & A. Ludmila Dostoïevski








Lieu du RP : Couloir du centre d'accueil
Moment du RP : Avant le défilé
Période de la journée : matin
Satut du RP : Privé
Titre de l'intrigue en cours : Discours d'Eknel Sinoth

_________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
So we can be glorious


«It's gonna be an uphill battle hard to win. Sometimes you wanna give up but you can't give in.You've got to keep your head held high. It's gonna be a laboured journey, miles to go. But you don't have to worry, I won't let go. I'll be by your side. The best that we can be, rise or fall. We're gonna make it through it all. And we never givin' up...» [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Clique:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Adriane G. Lotterer
J'administre Search Games
♙ STATUT : Allemagne
♙ DATE D'INSCRIPTION : 03/07/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 140
♙ AGE : 21


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: «What is your problem ?!» ✖ ft.Ludmila Lun 16 Juil - 17:29

Le soleil se levait sur Paris et ses rayons me caressaient le visage. Je grognais contre ces rayons filtrant à travers les rideaux et jetais mon oreiller sur mon visage pour retrouver un peu d'obscurité. Mais rien à faire, j'avais entrouvert les yeux et je pouvais dire adieu à mon sommeil pour le moment. Je rabattis le coussin sur mon ventre et soufflais sur une mèche m'obstruant le visage. Je me redressais doucement, connaissant trop bien les effets de "la tête qui tourne" dès le matin. Je détestais ça et je ne comptais pas en faire les frais aujourd'hui. Je soulevais ma couette et posais le pied droit à terre puis le pied gauche. Non, je n'étais pas superstitieuse mais j'avais pris l'habitude de me lever par la gauche du lit quand j'étais petite et c'était resté... Moquez-vous si vous voulez mais je n'en ai strictement rien à faire ! J'enfilais un grand sweet par-dessus mon short et le tshirt de mon père car, bien qu'on soit en été, il ne faisait pas chaud-chaud dans la capitale française... Je filais sous la douche, y passant une bonne demi-heure pour réveiller tous mes muscles, les faire chauffer et les mettre bien en marche. Tout en me shampouinnant les cheveux, je pensais à notre mission d'aujourd'hui. Avec mon co-équipier, nous allions devoir former notre équipe : l'équipe allemande. Non, il n'y aurait pas que des allemands mais avouez que ça clashe comme nom : l'équipe allemande. J'étais fière d'avoir été sélectionnée comme chef d'équipe. J'espère que mon père l'est aussi. Je le fais quand même un peu pour lui après tout alors s'il pouvait au moins se dire pour une fois que sa fille faisait quelque chose de bien de sa vie, ça m'arrangerait...

Je sortis de la douche, m'enroulais dans une serviette chaude et moelleuse et me lavais les dents ainsi que le visage. J'en profitais pour me maquiller légèrement : fond de teint, mascara... Je séchais mes cheveux, les rassemblais en un chignon désordonné et m'habillais d'un jean, un tshirt et ma veste en cuir. Je laçais mes converses, pris les clés de ma chambre et sortis de l'hôtel qui était aussi le centre d'accueil des grands jeux organisés. Mais que je vous parle un peu de ces jeux ! En fait, le but est de retrouver l'Atlantide. Enfin ça, c'est le but premier parce que, si vous voulez mon avis, la plupart des participants sont motivés par le désir de gloire, de reconnaissance, de richesse... Enfin tout le tintouin quoi. Moi, ce serait plutôt la reconnaissance. Et puis l'envie d'aventure aussi ! Alors deux chefs d'équipe étaient désignés pour douze pays... Un garçon et une fille qui devaient ensuite former leurs équipes en fonction de corps de métier bien précis. Après, y avait plus qu'à trouver le royaume perdu. Tout un programme ! J'avais été la première fille à me présenter en Allemagne et grâce à cela, j'étais devenue chef d'équipe. Maintenant, il ne restait plus qu'à choisir nos équipiers et à se lancer à la recherche de l'Atlantide, faire nos preuves... Pas si aisé, pas vrai ? Mais pour le moment, l'heure était à la détente et j'allais, dans ce but, me promener sur la grande avenue des Champs Elysées.

Il paraît qu'autrefois, c'était la plus grande avenue de Paris, la plus belle, la plus peuplée. Des boutiques de luxe à la pelle et des touristes venant des quatre coins du monde pour y dépenser leurs économies. Ca pourrait paraître aberrant maintenant quand on voit ce que cela est devenu. Même la Dame de Fer paraît moins reluisante. Faute d'entretien peut-être ? Je marchais à bonne allure, m'arrêtant dans un café prendre mon petit-déjeuner. L'endroit auparavant si bondé était devenu presque désert si tôt le matin. Mais j'aimais cette quiétude, pouvoir marcher à l'air libre. Ca me changeait des blokos en Allemagne dans lesquels nous vivions, reclus comme des bêtes en cage. Je soupirais quand le soleil vint poser sa lumière sur moi, sur la terrasse, me réchauffant peu à peu. Malheureusement, c'était aussi le signe qu'il était l'heure de revenir au centre. Sauf qu'il fallait que je repasse par ma chambre alors j'avais intérêt de me presser... Je revins à bonne allure et déboulais dans le hall comme une furie. Et c'est là que le pire arriva. J'attendais l'ascenseur en tapant du pied par terre, impatiente et surtout effrayée d'être en retard et de me faire remarquer de la mauvaise manière. Les portes s'ouvrirent et alors que j'allais rentrer dedans, une jeune fille me percuta en sortant. Tant pis pour l'ascenseur ! Je fis volte-face et lui adressais d'un ton condescendant :

« Et un pardon vous tuerait peut-être !? »

La jeune brune se retourna violemment et revint sur ses pas pour me faire face. Je plantais mon regard dans le sien, bien décidée à en découdre. Je n'allais pas me laisser faire par cette pétasse quand même !

_________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
So we can be glorious


«It's gonna be an uphill battle hard to win. Sometimes you wanna give up but you can't give in.You've got to keep your head held high. It's gonna be a laboured journey, miles to go. But you don't have to worry, I won't let go. I'll be by your side. The best that we can be, rise or fall. We're gonna make it through it all. And we never givin' up...» [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Clique:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar

A. Ludmila Dostoïevski
J'suis un vrai membre tahvu
♙ STATUT : Russie
♙ DATE D'INSCRIPTION : 27/06/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 153
♙ AGE : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: «What is your problem ?!» ✖ ft.Ludmila Dim 22 Juil - 18:58

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« i hate people who shows their pretention because, i'm the best in this world and the only. you should take me for example whereas to said stupid words. » ALD


Les rayons du soleil commençaient à chatouiller mon visage, me faisant émerger de mon sommeil. Je grommelais, maudissant cette putain de lumière. Je ne voulais pas encore me réveiller. J’avais du temps derrière moi… Et puis, merde si j’étais en retard. De toute façon, je n’avais rien de prévu. Autrement dit, aucun rendez vous. Je soupirais profondément, mettant mon oreiller sur mon visage afin de me trouver à nouveau dans une semblable obscurité. Mais c’était fichu. J’étais bel et bien réveillée à cause de ce fichu soleil. Je lançais alors mon oreiller dans la pièce, ne prenant pas attention à l’endroit où il allait tomber. Quelques secondes plus tard, j’entendis un objet tombé. Un éclat de verre. Je fermais alors les yeux, sentant l’énervement monté en moi… Finalement, je décidais de me relever, m’appuyant sur mes deux coudes. En même temps, je jetai un rapide coup d’œil sur les dégâts provoqués par mon lancé d’oreiller. En constatant le verre cassé, j’en concluais que je ne pouvais toujours pas commencer une carrière de lanceuse d’oreillers. J’étais nulle. Ce fut à ce moment là que je sentis que ma tête tournait affreusement. J’avais un mal de crâne insupportable. Aussi, je me rappelai soudainement de la soirée d’hier qui était la raison de ce mal de tête : j’étais tout bonnement sortie du centre. J’avais voulu profiter de Paris la nuit ainsi que ses quelques bars peu peuplés. Pendant toute la soirée, j’avais vidé de nombreux verres en compagnie d’un charmant jeune homme français. Finalement, je m’étais retrouvée chez lui, nue, mes vêtements éparpillés par terre. L’alcool avait fait ses effets bien évidemment, mais je ne regrettais rien. Cependant, j’avais pris soin de quitter l’appartement de mon cher invité au petit matin, sans faire de bruit.

(…)

Je sortis de la douche, après une bonne demie heure, histoire d’émerger complètement de mon sommeil – je n’aimais pas avoir une tête fatiguée – et également de ma gueule de bois. Je m’enroulai par la suite dans ma serviette préalablement chauffée. Comme c’était bon ! Puis, je me brossais les dents et m’habillais en enfilant un jean et un chemisier. Je décidais de laisser mes cheveux bruns lâchés, à l’air libre. Un brin de mascara, de poudre et autres pour masquer les dernières traces de ma nuit mouvementée et de ma gueule de bois. Le résultat était parfait. Rien ne pouvait me trahir, rien ne pouvait montrer que j’avais presque fait une nuit blanche. J’avais un beau visage, comme chaque jour ! Bref… J’étais parfaite. Conquise par le résultat, je quittais la salle de bain.

(…)


Après une bonne heure de zapping à la télévision, je me mis à soupirer, à moitié couchée sur mon lit. En plus, mon ventre commençait sérieusement à gargouiller, demandant ainsi de la nourriture. Quelle heure était-il ? La télévision affichait dix heure dix. Il était donc temps que je descende en ville pour manger quelque chose. De plus, il n’y avait rien de bien à la télévision… Et Paris semblait animé ce matin. Donc, je bondis sur mes pieds, m’arrangeais pour une dernière fois en me regardant dans un miroir. Me trouvant belle et parfaite, je quittais enfin ma chambre, tout en prenant soin de la fermer la clé. Je pris donc la direction de l’ascenseur. En sortant de ce dernier, je ne fis pas attention aux alentours, et même au fait que je venais de bousculer une personne, celle ci attendant l’arrivée de l’ascenseur. « Et un pardon vous tuerait peut-être !? » me cria cette inconnue, trahissant son énervement. Je fis alors demi tour, revenant sur mes pas pour finalement la fixer, sans ciller. Je n’aimais pas du tout ce genre de comportement. Je faisais ce que je voulais. « Je suis… vraiment désolée. » lui répondis-je, ironiquement en lui adressant un sourire faussement aimable. « Vous avez mal quelque part ? » rajoutai-je, toujours sur le même ton. La dévisageant, je reconnus de suite un des chefs d’équipe de l’Allemagne… Hum, ça promettait d’être amusant dans ce cas !

_________________________

to forget past, to live present
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
« But there's a side to you that I never knew, never knew. All the things you'd say, they were never true, never true. And the games you'd play, you would always win, always win » •• adele, set fire to the rain
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Adriane G. Lotterer
J'administre Search Games
♙ STATUT : Allemagne
♙ DATE D'INSCRIPTION : 03/07/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 140
♙ AGE : 21


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: «What is your problem ?!» ✖ ft.Ludmila Sam 18 Aoû - 13:59

Je revins à bonne allure et déboulais dans le hall comme une furie. Et c'est là que le pire arriva. J'attendais l'ascenseur en tapant du pied par terre, impatiente et surtout effrayée d'être en retard et de me faire remarquer de la mauvaise manière. Les portes s'ouvrirent et alors que j'allais rentrer dedans, une jeune fille me percuta en sortant. Tant pis pour l'ascenseur ! Je fis volte-face et lui adressais d'un ton condescendant :

«Et un pardon vous tuerait peut-être !?»

La jeune brune se retourna violemment et revint sur ses pas pour me faire face. Je plantais mon regard dans le sien, bien décidée à en découdre. Je n'allais pas me laisser faire par cette pétasse quand même ! Elle me regarda de haut en bas et s'approcha de moi en me fixant jusqu'à n'être plus qu'à un petit mètre. Elle me déclara alors d'un ton tout à fait ironiquement sympathique...

«Je suis… vraiment désolée. Vous avez mal quelque part ?»

Je connaissais cette fille. Au moins de visage. Elle s'était proposée dans l'équipe de Russie et était devenue leur chef... Je leur souhaitait bien du courage ! Rien qu'à la voir, j'avais envie de dégobiller tant son orgueil me sortait par les trous de nez. Ne pas se laisser marcher sur les pieds était une chose mais être totalement imbue de soi et narcissique en était une autre ! Ceux qu'elle allait choisir allaient en baver... Je me demandais bien pourquoi elle avait choisi de participer à ce genre d'aventures. Elle serait mieux en face d'un miroir à se regarder et se dire qu'elle s'aimait parce que là, elle risquait de se casser un ongle... Et encore une fois, je ne sais même pas ce qui me passa par la tête mais j'étais stressée. Tout le poids du monde reposait sur mes épaules et cette grognasse venait me rentrer dedans, me mettre en retard et en plus, elle se croyait supérieure ! Je m'approchais un peu plus d'elle et la fixais droit dans les yeux.

«En fait oui. J'ai mal aux oreilles en entendant ta voix de crescelle.» dis-je d'un ton tout à fait minaudant.

Je battis des cils gentiment et me reculais de quelques centimètres pour pouvoir la détailler. Jean, chemise... Elle allait où là ? Elle tentait un look "Indiana Jones" pour se fondre dans la masse ? C'était râpé ! On ne lui demandait pas de tenter de cacher son ego démesuré mais de choisir une équipe et de s'incliner face à la mienne (bon, ok, c'était pas dit explicitement mais comme je comptais bien gagner...) Elle pensait peut-être pouvoir me manipuler comme elle devait le faire avec les hommes qu'elle rencontrait mais là, la pauvre fille n'avait pas compris à qui elle avait à faire. J'étais quand même une Lotterer ! Ce n'était pas la première pétasse venue qui allait me marcher sur les pieds et me mener par le bout du nez. Je plantais mes mains sur mes hanches et la défiais du regard. J'étais à peu près certaine qu'elle allait me mettre une baffe ou un truc du genre mais si elle osait me toucher, je ne répondais plus de rien ! J'avais grandi sans mère et j'avais appris à me battre plus jeune. Elle était peut-être plus grande que moi mais elle n'avait aucune chance... Enfin j'espère.


Spoiler:
 


_________________________

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
So we can be glorious


«It's gonna be an uphill battle hard to win. Sometimes you wanna give up but you can't give in.You've got to keep your head held high. It's gonna be a laboured journey, miles to go. But you don't have to worry, I won't let go. I'll be by your side. The best that we can be, rise or fall. We're gonna make it through it all. And we never givin' up...» [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Clique:
 
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: «What is your problem ?!» ✖ ft.Ludmila

Revenir en haut Aller en bas

«What is your problem ?!» ✖ ft.Ludmila

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» ONE PIECE 601: One Problem After Another
» Le Dernier Problème (The Final Problem)
» [AIDE] Fix Market problem: AmeriCanAndroid AOSP HD2 GB2.3.7 CM7.1
» [D1] Problem réseaux télephone
» Houston , we have a problem...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SEARCH GAMES : ATLANTIS :: Le continent :: Métropoles :: Centre d'accueil pour la course-