AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Menace de niveau 3 : Les groupies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
» Auteur» Post

avatar

Jin Yong Bae
J'suis un vrai membre tahvu
♙ STATUT : Irlande
♙ DATE D'INSCRIPTION : 28/06/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 90
♙ AGE : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Menace de niveau 3 : Les groupies Jeu 9 Aoû - 18:23





L'équipe Irlandaise








Lieu du RP : Les ruelles de Paris (départ d'un café-bar)
Moment du RP : Après composition des équipes
Période de la journée : Le matin, entre 10h/11h.
Satut du RP : Libre pour l'équipe Irlandaise (pour les autres, prévenez-nous juste avant de poster). Priorité à Luna
Titre de l'intrigue en cours : Discours d'Eknel Sinoth

_________________________

« People don't cry because they're weak.
They cry because they've been strong far too long. »


Dernière édition par Jin Yong Bae le Jeu 16 Aoû - 18:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jin Yong Bae
J'suis un vrai membre tahvu
♙ STATUT : Irlande
♙ DATE D'INSCRIPTION : 28/06/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 90
♙ AGE : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Menace de niveau 3 : Les groupies Jeu 9 Aoû - 18:24

« - C'est lui !
- T'es sûre ?
- Bah je crois...
- Faut que tu sois sûre ! C'est trop la honte sinon ! »

Intrigué, Jin se retourna pour apercevoir deux jeunes filles qui plongèrent leur tête dans leur tasses de café au moment où il croisa leurs regards. Bizarre.... c'était vraiment la première fois qu'il faisait cet effet là. D'habitude, les gens le reluquaient plutôt avec dédain.... ou méfiance. Surtout quand il traînait en short et en baskets dans les beaux quartiers de Seoul. En tout cas une chose était sûre : il n'avait jamais eu droit à ces coups d'oeil admiratifs teintés d'excitation. La rançon de la gloire, déjà ? Curieux - et secrètement amusé, il fallait bien l'admettre ! - il continua à boire son jus de poire comme s'il n'avait rien remarqué et tendit l'oreille.

« - Bon, il faut qu'on y aille. On peut pas se dégonfler maintenant.
- Ouai, surtout qu'il nous en manque plus beaucoup. Encore un petit effort et on les aura tous ! Tu crois qu'on pourra tirer un bon prix des photos ?
- Pas autant que pour les autographes. Faudrait aussi réussir à obtenir l'empreinte de leurs lèvres sur nos tee-shirts. T'imagine combien ça se vendrait ? », s'extasia l'une des deux.

Hein ? De quoi ? Quelles empreintes de lèvres ? Quels tee-shirts ?

« Sur nos tee-shirts ou... ailleurs. » gloussa l'autre avant d'éclater de rire.

D'un geste brusque, Jin reposa son verre. On avait drogué sa boisson ou il avait bien entendu ? Retenant une furieuse envie de se retourner, il croisa les bras et s'efforça de garder une respiration normale. En s'inscrivant aux Search Games, il savait bien qu'il aurait droit aux défilés, aux affiches, aux costumes ridicules et à la pseudo-célébrité mais ça... ça NON ! C'était carrément hors de question ! Signer des autographes ? Embrasser des inconnues ? Et puis encore ! Peut être qu'à sa place d'autres mecs en aurait profité mais lui ça ne lui disait rien du tout. Elles étaient louches, elles étaient flippantes et en plus..... elle étaient moches. Bah oui quoi, c'est vrai ! Même leur trois couches de fond de teint et leur mascara bleu électrique ne suffisait pas à camoufler leur traits gonflés. Non, non, non, c'était vraiment pas possible là.... il fallait qu'il se tire d'ici et vite ! Discrètement, il sortit un billet de sa poche, le posa sur la table et essaya de s'éclipser en douceur, maiis à peine avait-il repoussé sa chaise qu'un cri surexcité retentit derrière lui :

« - REGARDE ! Là-bas ! C'est la chef d'équipe d'Irlande ! Son autographe vaudra encore plus cher que celui du pilote. Faut pas la laisser filer !
- Prends ton appareil ! Faut mitrailler !! »

A peine eu-t-il le temps de comprendre que les deux tornades blondes foncèrent vers la sortie en poussant des cris de joie. Non mais c'était pas possible d'être aussi folles !.... si ? Inquiet, il se précipita à son tour vers la sortie et discerna Luna, l'air distraite, de l'autre côté de la rue. Les deux groupies attendaient visiblement de pouvoir traverser pour lui foncer dessus mais le répit serait de courte durée. Dès que le feu passerait au vert.... Vert ! Sans réfléchir, Jin Yong bondit hors du Café-bar et se précipita à la rencontre de sa chef. Il l'attrapa aussitôt par le bras et la tira en ignorant ses protestations.

« Folles à lier, on se tire de là ! », marmonna-t-il.

Derrière, les deux ados vociférèrent le nom des tributs en espérant qu'ils s'arrêtent mais Jin accéléra d'autant plus.... en oubliant complètement que, contrairement à lui, Luna n'avait jamais eu d'entraînement militaire intensif. Sa phobie des simagrées, minauderies et autre hypocrisies baveuses avait pris le dessus et plus rien ne pourrait arrêter sa course.... pas même un ordre de sa chef. Plutôt subir une sanction qu'un câlin gratuit d'une fan en chaleur.

_________________________

« People don't cry because they're weak.
They cry because they've been strong far too long. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

L. Luna Hartley
J'administre Search Games
♙ STATUT : Ancien participant
♙ DATE D'INSCRIPTION : 28/06/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 888


Informations RPsiennes
♙ EUX:
♙ LES NOTES:
♙ RECOMPENSES ACQUISES:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Menace de niveau 3 : Les groupies Dim 12 Aoû - 13:06

Luna marchait dans les rues bondées de Paris, en short et débardeur. Certes, il y avait moins de monde qu'auparavant (moins de touristes, notamment), mais on ne se serrait pas moins sur les trottoirs. Et ces grandes rues pavées ou goudronnées, qui ne désemplissaient jamais, contrastaient fort avec les petites ruelles de son village natal. Il s'agissait d'ailleurs plus de chemins de terre, boueux, où peu de voitures s'aventuraient... et où l'on évitait de vadrouiller seul. En effet, une glissade dans cette gadoue arrivait vite : et hop, on se retrouvait les quatre fers en l'air, une cheville foulée, une jambe cassée, ou bien un genou retourné, et on était condamné à attendre des heures que quelqu'un veuille bien passer par là. Cela ne lui était jamais arrivé, mais elle avait assisté à quelques chutes mémorables -vrille arrière, double salto, sans le faire exprès, ça en jette- et elle avait du secourir une fille de son âge, peu avant son départ pour Paris. Paris. Ce n'était pas encore midi, mais il faisait déjà assez chaud, et la jeune fille offrait son visage, ses bras, ses jambes, au soleil. Elle se délectait de la caresse des rayons lumineux sur sa peau, fermait les yeux pour mieux sentir leur chaleur, et se réjouissait de ce doux contact sur son corps. En riant, elle se représentait sa peau se couvrir de tâches de rousseur, tandis qu'elle continuait de parcourir les rues de la ville lumière.

Elle arrivait maintenant devant la Tour Eiffel, et elle s'arrêta un instant pour l'admirer. C'était vraiment un très beau monument. Dire qu'elle avait été décriée lors de sa construction ! Que d'éminents architectes n'en voulaient pas, jugeant qu'elle jurerait avec le reste de la ville ! Maintenant, elle faisait la gloire de la capitale française, et dans le temps, on venait par millions du monde entier pour la voir ! Aujourd'hui encore, il y avait toujours des dizaines de touristes qui attendaient à ses pieds, éperdus d'admiration. La preuve, alors qu'elle s'apprêtait à passer son chemin, Luna fut alpaguée par deux touristes d'origine japonaise. Ils l'avaient apparemment reconnue et voulait prendre une photo avec elle, devant la plus célèbre des tours de fer. La jeune fille ne s'attendait pas à ce que le défilé produise cet effet, mais elle n'en fut pas moins ravie. Elle posa donc avec plaisir, fit son plus beau sourire, et regretta même de ne pas pouvoir garder un exemplaire de la photographie, pour l'envoyer à ses parents. On ne sait jamais, cela aurait pu les intéresser, et peut-être même -mais elle pensa ceci sans même y croire- les impressionner.

L'irlandaise désormais célèbre -du moins, il semblerait- continua à déambuler, et arriva finalement près d'une place. Elle était près d'un passage piéton, et de nombreux passants attendaient pour traverser que le feu passe au vert. Cela lui laissait le temps de réfléchir un peu. Que faire ? Où aller ? Luna n'avait pas encore pris sa décision, quand le feu passa au vert. Et quand, tout d'un coup, Jin, le désormais pilote de son équipe, l'attrapa par le bras.

« Tiens, salut ! C'est marrant qu'on se croise ici ! »

I
l ne lui répondit pas, et continuait à la tirer par le bras. Si ça continuait, il allait lui déboitait l'épaule. Cependant, elle avait beau protester, il ne semblait pas entendre.

« Folles à lier, on se tire de là ! »

L
a jeune fille finit par céder, et se laissa emporter. Elle n'avait toujours pas compris ce qu'il se passait, quand elle entendit des voix crier son nom, ainsi que celui de son coéquipier. Tout en courant, elle se retourna. Des filles leur couraient après, appareil photo, carnet et stylo à la main. Des fans ? Luna éclata de rire. C'était donc cela qui faisait si peur à Jin ? Apparemment, car il venait encore d'accélérer le rythme. La jeune irlandaise se retourna, et adressa un regard désolé aux deux adorables poursuiveuses. Elle leur aurait bien répondu, elle. Cela lui aurait bien plu, de signer un autographe. Tant pis. Elle se retourna de nouveau, et leur envoya un baiser. Elle gloussa de plus en plus fort... et tomba par terre. Oui, décidément, elle avait bien fait de choisir Jin dans son équipe : il courait très vite. Trop vite.

_________________________

Luna ♥️ Équipe Irlande
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Sven Anderson
J'suis un vrai membre tahvu
♙ STATUT : Anciennement dans l'équipe Irlandaise, il reste désormais en Atlantide afin de recommencer une vie; bien que son pays lui manque..
♙ DATE D'INSCRIPTION : 06/02/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 263


Informations RPsiennes
♙ EUX:
♙ LES NOTES:
♙ RECOMPENSES ACQUISES:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Menace de niveau 3 : Les groupies Jeu 16 Aoû - 17:20

Je m'étais réveillé tôt ce matin là, vers 7h, mais je m'étais dit que rester allonger ne me ferait pas de mal ; je n'avais pas vraiment de raison de me lever. Nous aurions certainement du temps « plus tard » pour connaître mieux nos coéquipiers alors ça n'était pas quelques heures d'isolement qui nuirait à la bonne entente de notre équipe. Et puis, je savais rester à ma place, tant qu'on me laissait faire mon boulot, il n'y avait aucune raison que je me les mette à dos.

Je sortais souvent, que ça soit le matin ou le soir, pour flâner dans les belles rues de Paris. En pleine journée il faisait trop chaud alors je préférais rester au centre, mais bien entendu, quand on traîne au lit, l'heure de sortie se retarde considérablement et la chaleur est au rendez-vous, pour mon plus grand désarroi. Il était 1oh3o quand je quittais le bâtiment, le soleil était déjà haut dans la ciel et j'avais l'impression de porter un pull en laine alors que je n'avais qu'une chemise dont j'avais retroussé les manches jusqu'aux coudes. Certes, je n'étais pas très short ou autre pantalon raccourcit, je devais donc me résigner à mettre un pantalon, ce qui ne m'apportait aucun confort au niveau du climat.

Les rues étaient vivantes et animées, les commerçants étaient souriants et les touristes émerveillés devant tout ce qui ne leur était pas familier ; je devais moi même avoir une expression abasourdie sur le visage durant les premiers jours. J'avais toutefois remarqué que depuis la soirée de présentation des équipes au monde entier, les gens étaient assez agités, à l’affût de la moindre apparition d'un participant. Quand je passais, les regards se tournaient vers moi, j'entendais des chuchotements et je voyais les gens excités et à la fois intimidés. Lorsque je les regardais, certains baissaient les yeux, comme si de rien n'était ; d'autres me saluaient comme si nous étions des amis de longue date, comme s'ils ne soutenaient que moi. Les gens sont hypocrites. Je leur rendais toutefois un sourire... tout aussi forcé.

Je marchais dans les parcs, profitant d'un peu de tranquillité. Il y avait de jolies fontaines où les oiseaux pataugeaient, des enfant riaient, tous regroupés dans un aire de jeu. Le parc était proche de la route mais le bruit des voitures n'était pas vraiment présent, c'était vraiment agréable. J'admirais le décors, bien que mon chez moi me manquait énormément... cet espace, cette verdure ; c'est alors que je pensais à tout cela, que des cris hystériques me sortirent de mes songes. Je cru reconnaître le nom de deux membres de mon équipe, je me suis tout d'abord dis que ça ne pouvait être le cas, mais, me rappelant de la réaction de gens à mon égard... c'était finalement tout à fait probable.

Je me remis alors à marcher, me dirigeant vers les cris, lorsque je vis deux jeunes filles passer en courant, des appareils photos à la main. Leurs joues étaient rouges d'excitation et leurs yeux étaient empreints d'une lueur à la fois joyeuse et malicieuse, rien ne semblait pouvoir les arrêter. Par chance elles ne me virent pas et continuèrent leur route, apparemment dans la mauvaise direction puisqu'en regardant sur ma droite, je vis Luna, ma chef d'équipe, et Jin. Ce dernier avait l'air en forme, contrairement à sa supérieure, qui, elle, peinait à reprendre son souffle. Décidément, cette petite n'avait absolument pas l'étoffe d'un chef d'équipe...

Je m'approchai d'eux, un sourire amical mais les yeux rieurs, ils ne me virent qu'au dernier moment, lorsque je me décida à parler.

« Alors, à peine quelques jours de passés et vous êtes déjà victimes de votre engagement ? »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Leanna P. Kennedy
J'suis un vrai membre tahvu
♙ STATUT : Irlande
♙ DATE D'INSCRIPTION : 08/07/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 24


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Menace de niveau 3 : Les groupies Ven 24 Aoû - 16:12

Réveillée aux aurores, comme d'habitude, je cogitais dans mon grand lit, observant la lente progression du soleil à travers les volets de l'hôtel ou je me trouvais. C'était le premier jour ou j'étais officiellement un membre de l'équipe d'Irlande. Le premier jour du reste de ma vie. Aux vue des rayons lumineux qui striaient ma chambre, il devait être 9 heure du matin. Je me dirigea dans la salle de bain pour prendre une douche mais la multitude de produits qui s'étalaient sur le marbre italien du lavabo m'arrêta. C'était quoi ça..? Lotion tonifiante? Crème ultra hydratante? Ils connaissaient pas la savon ici ou quoi? Je jeta finalement mon dévolu sur une petite bouteille nommé "Gel douche relaxant à la fleur de lotus". N'importe quoi les français. Après ma douche je m'habilla en vitesse, sortant le seul jean qui se trouvait dans les tiroirs remplis d'étoffe soyeuse et surement couteuse. J'étais décidé à faire une petite excursion dans les rues de Paris pour m'imprégner d'une ville que je ne connaissais pas et que je ne reverrais peut être jamais. J'avais lu beaucoup de choses à propos des capitales d'Europe et d'ailleurs mais la superbe du Paris d’antan ne m'avais jamais échapper et les monument de cette grande ville avaient - parait-il - échappé aux bombes de la guerre. L’hôtel des équipes se trouvait fortuitement en plein centre, près de la majestueuse construction de fer appelé Tour Eiffel et je décidais d'aller jeter un coup d'oeil à ce qui fut le symbole international français. Dans les petites rues pavés je retrouvais peu à peu le plaisir de la marche qui m'avait quitté après ces longues de préparations, ou personne de faisait rien d'autre que de se maquiller et parader. Foutaises si vous voulez mon avis, les Jeux n'étaient pas à propos d'une élégante parade, mais plus d'un esprit d'équipe patriotique cherchant à renouer avec l'histoire du monde. Toutes ces fioritures servis aux public n'étaient que poudres aux yeux de populations qui n'avaient rien d'autres dans leurs vies. L'après guerre n'était pas très excitant pour tout le monde, finalement.

Flânant devant les élégantes boutiques, j'aperçus au loin deux silhouettes plutôt familières. C'était la chef d'équipe de l'Irlande ainsi le pilote. Ils étaient marrant à regarder, la silhouette du Coréen surplombant de tout son long le lutin qui faisait office de chef. Deux personnes les suivaient, deux inconnues, criant à qui mieux mieux les prénoms de mes coéquipiers, comme si ils étaient amis de longue date. Venu de la rue opposé j’aperçus Sven, alias notre géologue, qui s'approchait tout sourire vers le petit groupe. C'était à mes yeux le seul de candidat pour l'Irlande qui avait l'air d'être vraiment bon dans ce qu'il faisait, mais ce n'était qu'une supposition. J'étais par principe méfiante de tous ceux qui participaient aux jeux.

En m'approchant, je compris alors que les deux inconnues étaient bel et bien des anonymes, mais en plus, et c'était là le pire, elles étaient des fans. Collantes de surcroit. Je courus dans leurs directions pour qu'ils ne m'échappent pas et tapotât sur l'épaule de la première. Elles se retournèrent et je pus enfin voir leurs visages. Elles étaient échevelés et essoufflés mais paraissaient gaies comme des pinsons. "Dites, lâchez les un peu, OK?". Pas ma meilleure réplique mais j'espérais assez pour qu'elle s'en aille, comprenant que mes coéquipiers n'étaient pas des bêtes de foires. Malheureusement la réponse ne fut pas celle escompté. "On va pouvoir avoir une photo groupé hiiiiiii!". Oh misère. Elles avaient beuglé comment des vaches, ce n'était pas de bon augure. Tétanisé par la vue d'un contact rapproché avec une de ces filles, je couru vers mes équipiers et sans préambules je cria "Courez! Les français sont plus bizarres que je pensais!"
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Jin Yong Bae
J'suis un vrai membre tahvu
♙ STATUT : Irlande
♙ DATE D'INSCRIPTION : 28/06/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 90
♙ AGE : 27


Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Menace de niveau 3 : Les groupies Dim 9 Sep - 16:53

Jin sentit tout de suite que sa coéquipère - non, sa chef ! Pourquoi c'était si dur à admettre ? - n'était pas aussi enthousiaste que lui à l'idée de taper un cent mètres. En fait, elle avait même l'air d'avoir envie de rester. Du coin de l'oeil, il la vit se retourner pour saluer les deux fans. Elle éclata même de rire quand il accéléra. C'était à se demander si elle avait toute sa tête ! Est-ce qu'elle réalisait seulement le niveau de dangerosité des groupies en chaleur ? Parce que bon, en la regardant, on avait plutôt l'impression qu'elle se croyait dans une attraction de parc pour riches. Manquerait plus qu'elle ai la même attitude insouciante pendant les Search Games ! En s'engageant dans l'équipe Irlandaise il s'était promis de lui donner sa chance mais si elle ne prenait rien au sérieux ça n'allait pas le faire. Une chef qui traitait tout à la légère ? Non merci ! D'ailleurs, il allait lui dire tout de suite pour mettre les choses au clair. Sans s'arrêter de courir, il tourna la tête vers Lun.... Luna ? Un coup d'oeil lui confirma que sa main était vide et que sa chef n'était plus là. Oups ?.... Inquiet, il revint en arrière et finit par la trouver étalée par terre sur le trottoir. Non mais quel boulet il faisait !

« Désolé. Pas de mal ? »

Quatre mots. Pas moins mais surtout pas plus. Parler n'avait jamais été son truc. Ses expressions en revanche étaient on ne peut plus explicites. Sourcils froncés, regard inquiet et lèvres pincées laissaient clairement transparaître le mélange d'inquiétude et de culpabilité qui venait de le saisir. Si leur chef était blessée avant même le début de la course à cause de lui, il ne se le pardonnerait pas. Oubliant complètement les fans jetées du cerveau, il se pencha sur Luna.

« Alors, à peine quelques jours de passés et vous êtes déjà victimes de votre engagement ? »

D'un bond, il se redressa et se plaça entre sa chef et l'inconnu. C'était qui celui-là ? Sa tête lui disait vaguement quelque chose mais il n'arrivait pas à se souvenir où il l'avait vu. A la cérémonie ? A moins que ce ne soit au café.... non pas au café. Luna en tout cas semblait le connaître. Et soudain, ça lui revint comme un boomerang : le géologue ! Ou le chasseur... il était plus trop sûr. En tout cas il faisait partie de l'équipe. Soulagé, Jin abandonna sa méfiance mais conserva son habituel air grognon.

« Elles sont folles furieuses », maugréa-t-il en guise d'explication.

D'ailleurs quand on parlait du loup : les deux fans avaient de nouveau gagner du terrain et elles arrivèrent sur eux comme des boulets de canons. Essoufflées - mais toujours aussi déterminées à obtenir des autographes - elles sortirent leurs papiers, leurs stylos et les tendirent vers le groupe en piaillant. Pitié, qu'elles la ferment ! Jin aurait donné n'importe quoi pour faire cesser leurs petits cris aigus. Heureusement - ou malheureusement - Leanna choisit cet instant pour arriver et faire son speech. En tout honnêteté, la demoiselle ne plaisait pas beaucoup à Jin et on ne pouvait pas dire qu'elle était sa coéquipière préférée mais là, tout de suite, il l'aurait serrée dans ses bras. Il lui lança un regard encourageant et pria pour que son discours fasse effet. Allez, c'est ça, dégagez les morues ! Mais au lieu de s'éclipser, elles crièrent de plus belle et levèrent leur appareil photo.Ah non, non, non ! Pas ça, pas ça.... clic ! Un flash, un cri surexcité et soudain une rafale de photos. Jin se protégea instinctivement la visage derrière les mains mais les beuglements des deux filles continuaient de lui écorcher les oreilles. Cette fois c'était trop. S'il restait une seconde de plus ici, il allait lui exploser son appareil contre le mur.... or c'était une très mauvaise tactique pour gagner. Avec un cri de rage, il reprit la fuite et courut jusqu'au moment où il repéra une ruelle sombre partiellement dissimulée. Une ruelle parfaite pour disparaître. Il avait dû galoper longtemps pour atterrir dans cette partie de la ville. Essoufflé, il se glissa dans le passage et.... boum !

« Aïe ! Qui est là ? »

Une voix familière s'éleva et il reconnut l'exploratrice irlandaise. Youpi ! Il n'aurait pas pu rêver mieux que de se retrouver coincée avec Miss-associale.

« Bravo pour ton intervention, ça a vraiment été efficace ! », lâcha-t-il amèrement.

Mauvaise foi, quand tu nous tiens..... faut dire aussi qu'elle était la seule personne sur laquelle il pouvait se défouler pour l'instant. Tant pis pour les bonnes manières, elle ferait les frais de sa colère. Et Luna ne serait pas en reste quand elle les rejoindrait ! Si elle n'était pas tombée et si elle n'avait pas perdu son temps à saluer les deux folles ils n'en seraient pas là. Pourvu que Sven l'empêche de rester avec les groupies pour prendre des photos. Pourvu qu'il la ramène à la raison, qu'ils les rejoignent et qu'ils rentrent vite, loin de cette folie et de cette ville un peu louche.

_________________________

« People don't cry because they're weak.
They cry because they've been strong far too long. »
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Menace de niveau 3 : Les groupies

Revenir en haut Aller en bas

Menace de niveau 3 : Les groupies

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Leçon n°08 : 5 petits conseils pour prendre une photo [niveau facile]
» [Photoshop CS3]Signature DBZ [Niveau=Débutant]
» Précision sur l'appareil photographique [niveau moyen]
» Charade menace l'ivrogne.
» Niveau sonore des chaines

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SEARCH GAMES : ATLANTIS :: Le continent :: Métropoles :: Ruelles & Magasins-