AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Ce qui n'était pas prévu... [Aloys & Neah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
» Auteur» Post

avatar

Master of Destiny
Je n'aime pas les gens
♙ DATE D'INSCRIPTION : 30/01/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 255


Voir le profil de l'utilisateur http://search-games.forums-actifs.com
MessageSujet: Ce qui n'était pas prévu... [Aloys & Neah] Ven 24 Aoû - 9:39

C'est une belle journée. Une très belle journée même. Il fait chaud, le soleil brille, le ciel est d'un beau bleu et les oiseaux chantent. C'est pourquoi Neah a décidé d'aller se promener en forêt. Cela lui rappelle son Irlande natale, et lui permet de se balader tout en étant protégée par l'ombre des grands chênes. Et, quoi de mieux, dans un bois, qu'un pique-nique, sur une nappe à carreaux ? Rien, alors la jeune rousse s'arrête près d'un lac, s'installe sur un rocher et sort ses sandwichs et sa salade piémontaise. Seulement, voilà : Aloys aussi, profite de cette journée ensoleillée. D'ailleurs, il fait bien trop chaud pour notre petit français. Il a donc décidé de piquer une tête dans le lac, nu, comme de bien entendu. Le voilà donc qui sort de l'eau, gonflant les muscles, et, à la vue de ce corps d'Apollon, Neah -qui venait de croquer dans son sandwich au saucisson et aux cornichons- s'étouffe. Et oui, elle a avalé de travers, tant elle était surprise ! Que va faire Aloys ? Essayer de l'aider, se rhabiller en vitesse ? Et Neah, (une fois qu'elle pourra respirer) va-t-elle lui crier dessus ou continuer à se rincer l'œil ?

Petite précision technique : la forêt et le lac se trouvent à côté de Paris.

_________________________

Le MJ ne répond pas à vos MP ; merci de vous adresser aux administrateurs et modérateurs.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ce qui n'était pas prévu... [Aloys & Neah] Ven 24 Aoû - 20:03



✵ Aloys & Neah ✵



Martin Solveig - Cey C'est la vie






C’était une belle journée. Contrairement à la plupart des gens, le mauvais temps ne m’ennuyait pas plus que ça mais quand il faisait beau… je n’étais pas le dernier à prendre le soleil. Jamais. Avec les préparatifs d’avant répartition, le stress de la folle journée de répartition, présentation et de toutes les autres choses en ion concernant les Search Games… j’avais besoin de souffler.
Normalement, j’aurais dû me préparer mais… et bien je voulais aller profiter du soleil. Personne ne m’en empêcherait. J’attrapais mon lecteur, mon téléphone – quand même – et j’enfilais les premières choses qui me tombaient sous la main. Autrement dit, mes fringues les plus habituelles, jeans, t-shirt, boots, veste. J’eus la présence d’esprit de prendre mes papiers avec moi. Ensuite, je me faufilais en douce en prenant bien soin que le moins de personnes possibles me voient sortir. On ne sait jamais, si leur envie leur prenait d’aller raconter ça à ma chef d’équipe.

Je me dirigeais vers les extérieurs de Paris, j’avais entendu parler d’un coin bien sympa. Un lac, des bois, des rochers, de la verdure, bref, tout ce dont j’avais besoin pour échapper à cette agitation grotesque et à ce stresse ambiant. D’accord, il fallait se préparer mais tout de même. J’enfonçais mes écouteurs dans mes oreilles, enfonçais l’engin dans ma poche.
Une fois sur place, j’admirais le paysage mais le chemin m’avait donné un peu chaud. Je bus une gorgée d’eau dans la bouteille que j’avais achetée sur la route. Seulement voilà, l’eau fraîche du lac me faisait de l’œil. Je ne mis pas longtemps à prendre ma décision. Je coupais ma musique, je boulottais les fils en les glissant dans ma poche et je me cherchais un coin tranquille.

Ayant enfin trouvé le calme dont j’avais besoin et le petit coin de tranquillité que je cherchais au bord du lac, je retirais mes chaussures, mes chaussettes, remontais mon pantalon et mis mes pieds dans l’eau. Là, comme ça, je m’étalais un moment la tête sur ma veste roulée en boule. Ça faisait un bien fou. Les gens ne se rendaient pas compte ce que ce simple geste pouvait signifier. On était si bien les pieds dans l’eau par une chaleur pareille.
Après quelques minutes passées comme ça, les pieds dans l’eau et la tête dans les nuages… je pris ma décision, j’allais faire trempette ! Je sortis mes pieds de l’eau et me mis à me déshabiller. J’hésitais un moment pour le caleçon. Je restais un moment en pleine contemplation du lac, en calebute, les idées paumées je ne savais trop où. Je finis par secouer vigoureusement la tête. Qui donc me verrait après tout ? Je virais mon caleçon pour l’envoyer sur mes fringues. C’était bon, j’étais en tenue d’Adam. Ah non, il me restait ma chaîne autour du coup, celle que ma mère et mon père m’avaient offert lors de mon adoption. Mon signe du zodiaque gravé sur une petite plaquette avec mes initiales et les leurs, sans oublié leur petit mot : « À notre fils malicieux. ». Je ne m’en séparais jamais. S’il y avait une chose précieuse pour moi sur cette terre, c’était cette plaque.
En prenant mes dispositions avant la course, au cas où, s’il était possible de restituer cette plaque à mes parents, elle devrait leur revenir quoi qu’il en coûte. J’aurais refusé de signer le contrat des jeux s’ils n’avaient pas accepté cette simple condition.

Bref, j’étais nu et j’avais chaud. Je reculais comme un grand gamin pour me mettre à courir vers le lac, prendre un bon élan et sauter dedans. Heureusement que j’avais pu en juger la profondeur un peu avant en y faisant tremper mes pieds.

Je nageais un moment et puis je fis la planche, me laissant flotter. C’était tellement bon… Je me délassais dans l’eau, j’oubliais tout. C’était salutaire. Bon, il y avait une piscine au centre d’accueil mais ça ne valait pas un plongeon dans un vrai point d’eau quoi qu’on en dise. Après de longue minute… – Ah non, à en juger par la course du soleil, il fallait compter une bonne heure voire un peu plus. – Après une bonne heure, je me décidais à sortir pour me laisser sécher et récupérer mes fringues bien planquée derrière un buisson. Seulement voilà… je n’étais plus seul au bord du lac. Je venais de surgir à poil du lac devant une demoiselle rousse en train de pique niquer et la belle semblait avoir un peu de mal à s’en remettre…


Dernière édition par Aloys M. Richmond le Jeu 20 Sep - 16:32, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

P. Neah Emerson
The fonda rules your world
♙ STATUT : Ancienne cuisinière de l'équipe de l'Australie. J'étais pour la course et je suis sous le charme de l'île, sur laquelle je reste vivre.
♙ DATE D'INSCRIPTION : 21/07/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 242


Informations RPsiennes
♙ EUX:
♙ LES NOTES:
♙ RECOMPENSES ACQUISES:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce qui n'était pas prévu... [Aloys & Neah] Mar 18 Sep - 12:44





Aloys & Neah








Il fallait que je bouge. Que je m’aère l’esprit, que je me divertisse autrement que par cette activité trop pesante. J’étais habituée aux grandes villes mais pour le coup, l’effervescence de la course me mettait les nerfs à rude épreuve. Je pouvais être une grande gueule, ça n’était pas pour autant que je ne tenais pas à ma discrétion et à mon calme. Evidemment, il fallait que je me prépare. Les derniers jours que nous avions avant le départ servaient à ça. Briefings, préparations, entrainements même, pour ceux qui le désiraient. Je savais déjà de quoi il retournait, je n’avais pas besoin de prétendre vouloir gagner en muscles et en endurance pour la course, ça ne servait à rien. Déjà parce que je n’avais pas prévu de me battre avec qui que ce fut, mais surtout parce que ça n’aiderait personne que je jouasse les hypocrites. On m’avait déjà informée de notre destination, je n’avais donc pas besoin de trainer outre mesure pour rien dans le centre de préparation. Alors ce matin-là, je décidai d’aller prendre l’air. Une fois lavée et le petit-déjeuner pris, j’allai jouer les gentilles filles auprès du chef cuisinier. Je lui demandai s’il était possible d’emprunter un panier et diverses choses utiles pour confectionner un pique-nique. Il fut d’abord réticent, mais lorsque je lui expliquai que je ne prenais rien de plus que les autres participants – du fait que je mange ailleurs et donc je ne consommerai pas le midi-même dans l’établissement – il accepta volontiers. Trop méfiants, ces Français.

Alors je rempli le panier avec du pain, de la charcuterie, des cornichons, un œuf dur, deux pommes, des couverts, des serviettes et autres ustensiles utiles. J’avais entendu parler d’un coin tranquille passé la lisière de la ville, dans lequel se trouvait un lac et de la verdure à perte de vue. En sommes, ce dont j’avais besoin. Munie de mon sac et de mon super panier, je quittai donc le centre à la recherche d’un taxi. Arrivée à destination, je pris son numéro pour le retour et le payai généreusement. Une grande inspiration et me voilà partie à travers les arbres en direction du point d’eau. L’air était vivifiant. Et ce calme, surtout, m’enchantait plus que n’importe quoi en cet instant. Loin du brouhaha de la ville, on était vraiment bien. Serein. Nous étions à peine en fin de matinée, c’est pourquoi je pris le temps de marcher un moment avant de m’installer au bord du lac. Le bruit du vent dans les arbres était particulièrement agréable. Les oiseaux, les lapins sauvages, le tableau était parfait. Je posai finalement mes fesses au bord de l’eau en dépliant une grande nappe sur laquelle j’installai le panier que j’ouvris.

Je coupai en deux une moitié de baguette dans laquelle je tartinai du beurre. J’y ajoutai des tranches de saucisson après y avoir enlevé le poivre – que je pouvais détester ça. Puis vinrent s’additionner des cornichons que je coupai en deux dans le sens de la longueur. Je m’installai plus confortablement puis croquai une première fois dans mon sandwich que j’avais parfaitement réussi. Je soupirai de bonheur. Là, j’étais bien. Pas comme au centre. Paris était une ville agréable mais le moment était totalement mal choisi pour visiter ou même simplement se balader. J’arrachai un nouveau bout de sandwich et me mis à observer l’eau. Si calme, j’aurais bien piqué une tête. Seulement, il y eu d’un coup des remous. Des canards ? Des gros poissons ? Non. Il y avait un visage – humain – qui sortait de l’eau. Un cou, des épaules, il s’agissait un homme. D’où sortait-il ? J’étais pourtant certaine d’être seule ! Un torse, des hanches… ah. Ça, je ne l’avais pas prévu. Je reposai mon sandwich et mis une main sur ma bouche. Je me sentis devenir écarlate. Où étaient donc ses affaires ? Il ne pouvait pas se baigner en maillot, comme tout monde ? J’avais presque envie de rire sous le ridicule de la situation. De toute évidence, il n’avait pas non plus prévu que quelqu’un d’autre se pointerait ici. Je détournai le regard et tendis mon bras pour cacher ce que j’avais sous les yeux de ma main. « Hum… vous avez une serviette ? » Ne ris pas Neah, ne ris pas.

_________________________

❝ Make your heart believe ❞
«Sans cri ni haine, dis lui d'être forte. La vie t'emmène, ce n'est pas sa faute. C'est nous, nous sommes devenus fous. N'oublies pas de lui dire qu'en laissant voler ton coeœur, elle trouveras l'amour ailleurs. Et tu ne vaux pas ses larmes, dis lui que tu l'aimes, mais que tu viens me retrouver. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ce qui n'était pas prévu... [Aloys & Neah] Jeu 20 Sep - 17:22


...








L’eau, le grand air, le soleil, la chaleur… Plein de choses très agréable et plaisante. Oui, et dans certains cas, on pouvait perdre la notion du temps et oublier sa tête, accessoirement. Debout, nu comme un ver, je m’empressais de cacher mon anatomie. Non pas que j’avais honte, attention, entendons-nous bien mais un minimum de savoir vivre n’était pas mal surtout quand la demoiselle face à vous se retient de rire.
Je la comprenais quand même. C’était pas tous les jours qu’on allait pique-niqué pénard et qu’on voyait un mec sortir à poil du lac façon Poséidon et encore, j’étais sûr que le bonhomme aurait au moins eu la décence de sortir de là vêtu – ou pas… – parce qu’en fait, j’en savais foutre rien. Peut-être les dieux grecs étaient-ils exhibitionniste… qu’est-ce que je pouvais bien en savoir. D’ailleurs c’était un mythe alors aucune importance. J’étais quand même à poil, devant une jolie rousse qui se cachait derrière son sandwich. Ah non, elle avait détourné la tête entre temps.

« Hum… vous avez une serviette ? »

Je restais encore un moment comme un con à cligner des yeux comme si j’avais pris un flash d’appareil en pleine face. Remue-toi mon vieux, t’es l’air d’un sacré gland mine de rien à tenter de te cacher avec les deux mains. Pas bien brillant le Poséidon de la géologie…

« Euh… » Flash info, pas de serviette, rappelle-toi pourquoi tu t’es baigné tout nu. Parce que pas de serviette et pas de maillot ! À la base, j’étais pas là pour faire trempette. « Non. La trempette était pas prévue au programme. »

Le bon sens me poussa quand même à aller chercher mes fringues derrière mon buisson. Enfin, pour ça, fallait-il encre le trouver. La recherche dura peu de temps, j’aperçus mes chaussures. Je m’y dirigeais donc rapidement laissant tomber le côté pudique que de toute façon, je n’avais pas et surtout, que je n’avais jamais eu.
J’enfilais mon caleçon et mon t-shirt. J’épargnais le reste de mes fringues. Avec la chaleur, mon t-shirt et mon caleçon sécherait rapidement. Du moins… je l’espérais.

« C’est bon, je suis visible, plus la peine de… bah de vous cacher les yeux quoi ou de tenter de me cacher moi. »

Quelle éloquence ! J’étais bien moi… tout nu dans mon lac ou avec mes rochers. C’était quand même nettement plus simple à gérer que les êtres humains au final. Cela dit, et il n’y a qu’à moi que ça pouvait arriver, l’élastique de mon caleçon se prit dans une branche et claqua un bon coup. D’accord ça fait circuler le sang mais quand même.

« Foutue branche à la con. »

C’est que ça picotait un peu quand même. Je jetais un coup d’œil dans la direction de la rousse et il semblait que cette fois-ci, le fou rire était de mise. Forcément… Un grand con presque trentenaire qui sort à poil d’un lac et qui se fait claquer l’élastique par une branche, ça courrait pas les coins de rues. J’pouvais comprendre.
Minute… je l’avais pas déjà vue quelque part cette fameuse rousse ? J’avais pas les idées clair ces derniers soirs ce qui pouvait expliquer la galère mais j’étais sûr de l’avoir déjà vu quelque part.

« On s’est pas déjà vu ? »

Non, ça n’avait rien du plan drague à deux balles… Je l’avais déjà vu, j’en étais vraiment sûr !


Dernière édition par Aloys M. Richmond le Lun 15 Oct - 9:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

P. Neah Emerson
The fonda rules your world
♙ STATUT : Ancienne cuisinière de l'équipe de l'Australie. J'étais pour la course et je suis sous le charme de l'île, sur laquelle je reste vivre.
♙ DATE D'INSCRIPTION : 21/07/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 242


Informations RPsiennes
♙ EUX:
♙ LES NOTES:
♙ RECOMPENSES ACQUISES:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Ce qui n'était pas prévu... [Aloys & Neah] Dim 7 Oct - 10:35



Je suis désolée...


Lachlan & Lyssa







Il avait l’air aussi bête que moi devant la situation. De toute évidence, lui non plus ne s’attendait pas à trouver quelqu’un ici. Foutue coïncidence. Ma question sembla lui remettre les idées en place, ceci dit. « Euh… Non. La trempette était pas prévue au programme. » Ah. C’était malin. Mais au moins, ça le fit réagir. Il sorti du lac alors que je m’efforçai de garder le regard ailleurs. Déjà parce que je n’avais pas spécialement envie de le reluquer en long en large et en travers – bien qu’il eut un corps tout à fait… agréable – mais surtout parce que j’allais passer pour une saleté de perverse. Il se mit à chercher ses affaires, qui se trouvaient être derrière un buisson. Voilà donc pourquoi je ne pouvais pas m’être attendue à me retrouver devant lui ainsi. Evidemment, s’il cachait sa présence, il ne pouvait pas s’étonner d’avoir été en face de lui à le surprendre nu. Ça n’était pas des plus intelligents, mais maintenant que c’était passé, il fallait bien se faire une raison. Je supposai qu’il se rhabillait, puisque je n’allais pas le suivre dans ses moindres mouvements, surtout en tenue d’Adam.

« C’est bon, je suis visible, plus la peine de… bah de vous cacher les yeux quoi ou de tenter de me cacher moi. » J’osai donc tourner la tête. Il avait revêtit ses sous-vêtements et son t-shirt. Je supposai qu’il ne souhaitait pas mouiller son pantalon, ce qui était normal. Bah, il faisait chaud de toute manière. Malheureusement pour lui, il n’avait pas fini de se tourner en ridicule. Son caleçon s’agrippa dans une branche qui lui fit claquer l’élastique. J’avais mal pour lui. Mais au lieu d’afficher un sourire désolé, j’éclatai de rire. Tant pis si ça paraissait puérile, mais ça me démangeait trop. Je me retins de lui demander si ça allait ; ça aurait été l’hôpital qui se fout de la charité. « Foutue branche à la con. » Il ne m’aidait pas à m’arrêter de rire, aussi. Mais je finis tout de même par me calmer. Il finit par se rapprocher de moi et sembla réfléchir. Sandwich toujours à la main, je me demandais s’il fallait que je le pose par décence ou si je pouvais croquer dedans pendant qu’il se creusait les méninges je ne savais pour quelle raison.

« On s’est pas déjà vus ? » Je plissai les yeux. Il me faisait quoi, là ? Si c’était un plan drague, il était plutôt étrange. Mais je m’arrêtai un instant sur son visage. Son expression ne m’était pas inconnue, bizarrement. Se pouvait-il qu’il fasse partie de la course ? C’était fort possible. Avec tous les visages que nous avions du assimiler ces derniers-jours, je n’étais pas encore capable de reconnaître tout le monde. Déjà que ceux de mon équipe allaient devoir patienter avant que je ne remette leur nom sur leur visage, alors ceux des autres, n’en parlons même pas. Bah, après tout, qu’est-ce que je risquais à le lui demander ? Après le ridicule de la situation, il ne pouvait pas me faire de mal. « Vous ne participeriez pas à la course, par hasard ? » Maintenant que j’y pensais sérieusement, j’étais quasiment certaine de l’y avoir vu. N’était-ce pas ce grand bonhomme qui se comportait comme un gamin ?

_________________________

❝ Make your heart believe ❞
«Sans cri ni haine, dis lui d'être forte. La vie t'emmène, ce n'est pas sa faute. C'est nous, nous sommes devenus fous. N'oublies pas de lui dire qu'en laissant voler ton coeœur, elle trouveras l'amour ailleurs. Et tu ne vaux pas ses larmes, dis lui que tu l'aimes, mais que tu viens me retrouver. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Ce qui n'était pas prévu... [Aloys & Neah] Lun 15 Oct - 10:21


...








Bon, je n’étais plus à poil. J’étais pas franchement plus classe avec mon t-shirt et mon caleçon mais je n’étais plus en tenue d’Adam. Bien entendu, mon caleçon se pris dans une branche et je passais pour encore plus crétin sur le coup. Pas que ça me gênait mais c’était pas bien brillant. Inutile de dire qu’elle se mit à rire. Déjà qu’elle s’était retenue plus tôt, c’était couru d’avance qu’elle craque avec cette histoire. D’ailleurs, moi aussi ça m’aurait fait rire.
Il fallait avouer que ce genre de choses n’arrivait pas tous les jours. Pour une fois, je ne trouvais d’ailleurs rien à dire, je souris penaud.

Ma question fatidique posée, je m’assis. Ça m’éviterait peut-être de lui déclencher un nouveau fou rire. Je patientais le temps qu’elle me lorgne de la tête au pied pour se creuser la tête sur mon cas à son tour.

« Vous ne participeriez pas à la course, par hasard ? »

Bingo, banco, j’avais eu raison. Je l’avais déjà vu ! Yes. Comme quoi, je m’améliorais un peu avec la mémoire visuel. C’est que c’était pas mon fort. Ça et les prénoms, c’était catastrophique. Je reconnaissais tout juste les gens qui composaient mon équipe. Sauf ma chef mais ça, c’était autre chose.

« Si. J’en étais sûr que je vous avez déjà vu. Je fais partie de l’équipe française. Je suis le géologue. La vôtre, c’est quoi déjà ? »

Autant partir là-dessus. Pour une fois que je faisais face à quelqu’un qui ne voulait ni me suivre toute la journée, ni m’enguirlander, ni me sauter dessus. Ça me faisait des vacances. Parce qu’entre le gamin, ma furie de chef et la succube russe, j’étais servi ces derniers temps. Qui a dit que la paix était donnée à ceux qui montraient qu’il voulait la paix. Bon, ça n’existait pas, je venais de l’inventer, mais là n’était pas le sujet. Quoi que… j’avais bien apprécié la demoiselle de l’équipe allemande. Sympa, souriante, pas chiante. Elle n’avait pas l’air de se prendre la tête. En dehors des regards noirs d’Eilena, j’avais passé une bonne soirée finalement.

« Vous aussi vous vouliez vous échapper un peu de cette ambiance de cinglés au centre ? »

Expédition, tout ça, je connaissais mais les gens étaient en stress constant, c’était assommant. Oui, c’était important mais s’ils se mettaient tous dans cet état avant de partir, j’me demandais bien à quoi ça ressemblerait à chaque découverte, avancée, problème. Ils allaient disjoncter de la carafe à force de stresser ou bien il allait faire sauter leur palpitant. Rien de bien réjouissant. Alors avant qu’ils ne me contaminent tous, j’avais profité de la belle journée. La meilleure idée que j’avais jamais eue en somme.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Ce qui n'était pas prévu... [Aloys & Neah]

Revenir en haut Aller en bas

Ce qui n'était pas prévu... [Aloys & Neah]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Et si Stitch était un obsédé? (CONTENU POUVANT CHOQUER LES ENFANTS)
» SAL "c'était en décembre" d'AMAP
» [DreamWorks] Shrek 4 : Il Était une Fin
» Cette grandeur qu'était Rome (The Grandeur that was Rome)
» T.Trilby - Il était un petit chat

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SEARCH GAMES : ATLANTIS :: Côté détente :: Archives-