AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

Un peu d’espièglerie avant le début des hostilités (flash-back)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
» Auteur» Post

avatar

Mellock Nedakh
J'administre Search Games
♙ STATUT : Atlante
♙ DATE D'INSCRIPTION : 03/02/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 407


Informations RPsiennes
♙ EUX:
♙ LES NOTES:
♙ RECOMPENSES ACQUISES:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Un peu d’espièglerie avant le début des hostilités (flash-back) Jeu 6 Sep - 10:52





Linxia E. Enaria & Mywon N. Abernathy








Lieu du RP : Centre d'accueil pour la course
Moment du RP : avant le départ de la course
Période de la journée : Matin
Satut du RP : Privé
Titre de l'intrigue en cours : Intrigue globale #1 - Le départ de la course
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Mellock Nedakh
J'administre Search Games
♙ STATUT : Atlante
♙ DATE D'INSCRIPTION : 03/02/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 407


Informations RPsiennes
♙ EUX:
♙ LES NOTES:
♙ RECOMPENSES ACQUISES:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un peu d’espièglerie avant le début des hostilités (flash-back) Jeu 6 Sep - 11:13


Ah la course... Rien que d'y penser, je ne tenais pas en place ! Un voyage excitant, passionnant, des découvertes jamais imaginées auparavant à faire... qu'est-ce que j'étais impatiente ! Mais hélas le départ n'était pas pour tout de suite. J'étais arrivée à Paris depuis peu, le temps de régler les derniers détails chez moi, notamment pour mes bébés adorés. Et puis je n'avais pas pu m'empêcher d'en emporter un, mon petit préféré, Killall, une couleuvre qui ne faisait pas plus de 20 cm, donc assez discrète. J'adore ses yeux et ses écailles qui jonglent entre le gris et l'or doré.

Mais bon même m'occuper de lui ne m'aidait pas à passer mon impatience. La chambre que l'on m'avait réservée était certes très belle et envoûtante, sauf que ça ne suffisait pas. J'avais fait un effort, promis. J'avais passé deux jours à être sage. J'avais rencontré quelques personnes fort intéressantes, et eu des discussions passionnantes dans plusieurs langues. Mais voilà... je voulais partir !

J'avais passé la nuit à me retourner dans tous les sens dans mon double lit un peu trop grand à mon goût pour moi toute seule. Finalement, lorsque le radio réveil daigna donner une heure correcte, 7h13, j'abandonnai et me levai. Voyons ma valise... ah oui, je l'avais balancé au milieu de la pièce et l'avais laissée là, bien ouverte. Je récupérai un jean bleu foncé plus que très moulant, un débardeur blanc aussi décolleté devant que derrière, laissant bien voir mon dos et mettant mes formes en valeur, ainsi qu'un collier de perles noires, des boucles d'oreilles assorties et... ah oui des chaussures. Des bottines en cuir souple brun, avec un talon assez prononcé. Un petit passage dans la salle de bain pour arranger mes cheveux complètement ébouriffés, que je laissai retomber librement sur mes épaules dénudées, un peu de parfum, puis une vérification du côté de Killall qui dormait tranquillement dans son vivarium portable, et j'étais partie !

Je gagnai rapidement le grand hall du centre, en grande partie désert. Zut... un instant j'eus peur d'avoir raté le départ, mais non, on m'aurait réveillée quand même. Et puis j'aperçus quelques japonais d'une équipe adverse passer dans l'immense pièce pour gagner le réfectoire. Hm... ils avaient l'air en grande conversation, aussi excités que moi, l'un expliquant aux autres quelque chose à propos d'un véhicule. Enfin c'est le seul mot que j'entendis. Avait-il déjà une idée sur la façon de gagner l'Atlantide ? Peut-être... et dans ce cas, si leur soucis était le moyen de voyager, ils devaient savoir où aller. Ca semblait logique.

Il était tôt, l'heure de déjeuner pour les impatients comme moi qui ne pouvaient pas rester à glander dans leur lit. J'avais une excuse tout à fait potable pour les suivre ! Enfin peut-être pas pour expliquer pourquoi je longeais les murs et veillais à rester dans leurs ombres pour ne pas me faire repérer, mais bon je dirais que je suis bizarre, tout simplement, si jamais ils me voient ! Mes japonais ne me remarquèrent pas et entrèrent dans le réfectoire. De ce que j'avais entendu, ils parlaient bien d'un véhicule, penchant pour un sous-marin qu'une grande société très avancée dans les nouvelles technologies semblait pouvoir leur fournir. Avec un peu de chances, ils diraient où ils comptaient se rendre... !

Je mentirais si je disais que ça ne m'amusait pas. Jouer les espionnes, c'était très fun ! Et ça m'occupait. J'attendis une petite minute, puis franchis la porte du réfectoire. Mais je n'eus pas le temps de chercher mes japonais des yeux : à peine un pied mis dans la pièce, le reste de mon corps en rencontra un autre de plein fouet, bim ! Je n'eus même pas le temps de voir qui était l'incapable qui risquait de me faire repérer de façon plus que pas discrète, mon équilibre dangereusement devenu précaire m'obligea à battre des bras dans le vide et à m'accrocher à la première chose à ma portée. A en juger par mon sens du toucher, la chemise de mon assaillant. Oups... s'il n'avait pas de bons réflexes je risquais fort de finir par terre avec un méchant poids sur moi...


Dernière édition par Linxia E. Enaria le Lun 24 Sep - 11:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Mywon N. Abernathy
The fonda rules your world
♙ STATUT : Ancien chef de l'équipe USA. J'étais pour la course et je suis fasciné par l'Atlantide.
♙ DATE D'INSCRIPTION : 02/02/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 727
♙ AGE : 26


Informations RPsiennes
♙ EUX:
♙ LES NOTES:
♙ RECOMPENSES ACQUISES:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un peu d’espièglerie avant le début des hostilités (flash-back) Lun 10 Sep - 14:07





Linxia & Mywon








Il était rare que je fusse aussi matinal. Mais le stress et l’excitation étaient trop grands. Nous allions nous embarquer pour la plus importante aventure de notre vie, ça ne faisait aucun doute. Et pour ma part, j’allais devoir diriger – avec Pearl - toute une équipe, avec des participants pour la plupart plus âgés que nous. Ça n’était pas comme si je le regrettais, puisque j’avais souhaité me présenter le premier. Je n’étais donc même pas en droit de penser à regretter mon choix, ma décision. Mais il était normal d’être un minimum nerveux à l’idée de donner des consignes aux autres tout en espérant ne pas se tromper sur la destination choisie. Et si on se plantait du tout au tout ? Voilà ce qui assaillait mon esprit ce matin-là. Je me tournais dans tous les sens en me répétant les choses, me rassurant, et me posant mille questions en même temps. Ça n’était pas sain. Il fallait que je m’aère l’esprit, sinon j’allais être encore plus fatigué. Et pour une course pareille, ça n’était pas vraiment recommandé.

Je me levai donc, encore à moitié ensuqué. J’entrepris de passer sous la douche et y restai un peu plus longtemps que prévu. Je ne savais pas encore ce que j’allais faire de ma journée, c’est pourquoi je ne voulais pas non plus me presser. Et puis profiter des immenses salles de bains pour se relaxer du bâtiment n’allait pas durer éternellement. Alors autant passer du bon temps. Lorsque je sortis, je passai un peignoir sur moi et me rendis dans la chambre pour ouvrir la grande armoire dans laquelle j’avais réparti le contenu de mon sac. Je n’allais pas m’encombrer d’une valise alors que j’allais partir avec un sac ; même si, pour le coup, il était plutôt conséquent. Pas abracadabrantesque, mais ça n’était pas le petit sac à dos qu’on se permettait d’avoir au collège par exemple.

J’enfilai caleçon, jean plutôt sombre et chemise claire avant de retourner dans la salle de bain pour mettre de l’ordre dans mes cheveux. Ça n’était pas grand-chose mais je n’allais tout de même pas sortir avec ma tête du réveil ; pas dans un bâtiment aussi important. Dans la rue, chez moi, à San Francisco, c’était une autre histoire. Mais ici, nous n’avions pas vraiment le droit à l’erreur. Autant être présentable, donc. Je remis autour de mon cou la chaîne qu’Althyna m’avait offerte. Chaussettes, chaussures, et j’étais paré à sortir.

Premier objectif, aller déjeuner au réfectoire. Je n’avais que ça à faire de toute manière, surtout vu l’heure. L’endroit était d’ailleurs quasiment désert. Des employés vaquaient par-ci par-là à leurs occupations. Des participants venaient de se lever, mais ils étaient encore plus rares. En gros, il n’y avait presque aucune activité en cette heure matinale. J’entrai donc dans le réfectoire comme tous les matins, même si cette fois j’avais un choix astronomique quant à la place que j’allais occuper. J’allai prendre un plateau, montrer ma carte au gérant et commencer à me servir du jus d’orange, un cappuccino, deux pains au chocolat et un petit bol de céréales. Si je voulais tenir toute la matinée, il fallait bien ça. Je m’installai à une table reculée et commençai à manger. Je vis débarquer dans le réfectoire une bande de Japonais qui avait l’air très concentrée dans sa conversation. Ça me fit sourire. Ils étaient vraiment excités par la course et ne pouvaient s’empêcher d'en parler à tous moments ; je les avais déjà vus faire. J’avais déjà presque terminé lorsqu’ils furent tous servis et qu’ils s’installèrent à leur tour. Les observer était tout à faire drôle, ils ne se rendaient pas compte qu’ils se donnaient en spectacle. Je finis par débarrasser mon plateau et me dirigeai vers la sortie lorsque je vis la porte s’ouvrir à la volée sans que j’aie le temps de stopper mes pas. C’était trop tard, je rentrai en plein dans une personne. Une femme, même. Sauf que celle-ci perdit l’équilibre et s’accrocha à ma chemise ; j’eus l’impression qu’elle emportait un bout de ma peau avec elle. Je m’accrochai vivement à un porte-manteau sur le mur pour nous empêcher de tomber tous les deux à la reverse.

Lorsqu’elle me lâcha enfin, je pus la regarder et me questionner sur son identité. Je fronçai les sourcils ; je la connaissais. J’étais certain qu’elle faisait partie de mon équipe, je me souvenais très bien la choisir avec Pearl. Quant à son prénom…

« Hum… Linxia, c’est ça ? Tu es avec moi chez les USA ! Je me trompe ? »

S’il y avait plus débile en entrées en la matière, je demandais à voir !

_________________________

MYWON NAÏRICK ABERNATHY
I remember tears streaming down your face when I said, I'll never let you go, when all those shadows almost killed your light, I remember you said, don't leave me here alone, but all that's dead and gone and passed tonight, just close your eyes, the sun is going down, you'll be alright, no one can hurt you now, come morning light, you and I'll be safe and sound.
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Mellock Nedakh
J'administre Search Games
♙ STATUT : Atlante
♙ DATE D'INSCRIPTION : 03/02/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 407


Informations RPsiennes
♙ EUX:
♙ LES NOTES:
♙ RECOMPENSES ACQUISES:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un peu d’espièglerie avant le début des hostilités (flash-back) Lun 24 Sep - 11:49


Ouf j'avais eu de la chance : mon appui improvisé avait un bon équilibre et évita la chute mutuelle en s'accrochant à son tour, à un porte-manteau pour sa part. Sauvée ! Je le lâchai et m'arrangeai un peu quelques mèches de cheveux, plus pour reprendre contenance qu'autre chose. L'image du chat qui se lèche une patte après une chute pitoyable me traversa l'esprit... miaou ! Je jetai un coup d'oeil aux japonais, qui étaient trop concentrée dans leur conversation pour faire attention à moi, merci mon Dieu, avant de revenir à mon sauveur imprévu. Tiens il me disait quelque chose... ah mais oui ! Sa phrase me le rappela : c'était Mywon, notre big boss d'équipe. Je rigolais, tu parles d'une façon de se rencontrer. Mais bon au moins on avait pas fini par terre ! Encore que... ça ne m'aurait pas déplu tant que ça.

- Gagné chef ! Linxia Esthée Enaria, mais tu peux dire Linxia ou Linx' ! Ya même mon frère qui m'appelle Lili parfois, comme la vieille chanson.

Je parlais un peu trop peut-être ? Non ça allait, les japonais n'avaient aucun oeil pour moi. Et puis ce n'était pas parce que je percutais mon chef d'équipe que ça voulait dire que je les espionnais après tout ! D'ailleurs... il pouvait faire une bonne couverture ! ... non mais au sens figuré hein ! Je ne suis pas une fille facile quand même !

Je lui attrapai un bras pour me pencher vers lui et murmure mon super plan.

- Dis, je suis sûre que les jap ont une idée sur notre but, je pensais les espionner en douce pour savoir de quoi ils parlent précisément. J'ai aucun problème pour les comprendre, mais j'ai besoin d'une couverture pour pas avoir l'air trop louche ! Comme par exemple un déjeuner avec mon chef d'équipe, pour papoter un peu, mieux se connaître, tu vois le topo. Tu m'aides ?

Je lui fis un grand sourire teinté de petits yeux doux. Bon ok avec sans doute mon air habituel qui se résumait à "On va bien s'marrer !" mais quand même ! Et puis c'était dans l'intérêt de l'équipe, alors il ne pouvait pas dire non. Et quelque chose me disait qu'il était du genre à bien s'amuser aussi, alors on devrait pouvoir faire un bon petit duo d'espions ! Sans compter que ce n'était pas comme si on risquait déjà nos vies. Qu'est-ce que les japonais pouvaient nous faire s'ils nous voyaient en train d'écouter distraitement leur conversation hein ? On aurait qu'à dire qu'on comprenait rien, mais qu'on aimait bien les sons de leur langue !
Revenir en haut Aller en bas

avatar

Mywon N. Abernathy
The fonda rules your world
♙ STATUT : Ancien chef de l'équipe USA. J'étais pour la course et je suis fasciné par l'Atlantide.
♙ DATE D'INSCRIPTION : 02/02/2012
♙ CRAYONS CASSÉS : 727
♙ AGE : 26


Informations RPsiennes
♙ EUX:
♙ LES NOTES:
♙ RECOMPENSES ACQUISES:

Voir le profil de l'utilisateur
MessageSujet: Re: Un peu d’espièglerie avant le début des hostilités (flash-back) Mar 9 Oct - 13:16


Elle finit par me lâcher et passer une main dans ses cheveux pour remettre le tout en place. Je repris l’équilibre et me redressai, avant de tirer sur ma chemise pour lui redonner une forme normale. C’est qu’elle me l’aurait presque arrachée, elle avait une sacrée poigne. « Gagné chef ! Linxia Esthée Enaria, mais tu peux dire Linxia ou Linx' ! Ya même mon frère qui m'appelle Lili parfois, comme la vieille chanson. » Ah ! J’avais donc vu juste. Mais c’est qu’elle semblait pipelette, en plus. Je ne lui avais pas demandé les trente-six façons qu’on avait de l’appeler, mais bon. C’était plutôt amusant. Avant que je ne puisse répondre quoi que ce soit, elle attrapa mon bras et se pencha vers moi. Je remarquai à peine qu’elle était plus grande que moi. Non pas que je fus complexé par ma taille, mais côtoyer des femmes qui me dépassaient était toujours une expérience bizarre. Bon, elle ne faisait pas deux mètres, mais tout de même.

« Dis, je suis sûre que les jap ont une idée sur notre but, je pensais les espionner en douce pour savoir de quoi ils parlent précisément. J'ai aucun problème pour les comprendre, mais j'ai besoin d'une couverture pour pas avoir l'air trop louche ! Comme par exemple un déjeuner avec mon chef d'équipe, pour papoter un peu, mieux se connaître, tu vois le topo. Tu m'aides ? » J’esquissai un sourire amusé. Si elle était comme ça pendant toute l’expédition, ça promettait d’être fortement intéressant. Ou du moins, bien mouvementé ; on n’allait pas s’ennuyer avec elle dans les parages. Son plan était plutôt amusant, et si elle le prenait très au sérieux, je pouvais au moins faire semblant, histoire de lâcher un peu la pression. Rire un peu ne me ferait pas de mal. J’avais déjà mangé mais soit, je pouvais m’asseoir avec elle et suivre son plan.

Finalement, je la vis me faire les yeux doux ; cela me fit sourire de plus belle. Définitivement, nous avions bien choisi, Pearl et moi. Linxia promettait déjà une ambiance excellente dans l’équipe. Je haussai les épaules. « Okay. Mais j’ai déjà mangé, tu n’aurais qu’à prendre un truc en extra que je puisse grignoter. » Après, réflexion, je me rendis compte que j’étais déjà en train de me faire des idées. Ça n’était pas parce que je restais discuter avec une membre de mon équipe que nous complotions forcément, si ? « Bah, de toute façon, j’ai bien le droit de rester. » Sourire aux lèvres, j’écartai mon bras pour l’inviter à aller se servir à manger. Peut-être que la journée n’allait pas être si maussade que ça.


_________________________

MYWON NAÏRICK ABERNATHY
I remember tears streaming down your face when I said, I'll never let you go, when all those shadows almost killed your light, I remember you said, don't leave me here alone, but all that's dead and gone and passed tonight, just close your eyes, the sun is going down, you'll be alright, no one can hurt you now, come morning light, you and I'll be safe and sound.
Revenir en haut Aller en bas


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un peu d’espièglerie avant le début des hostilités (flash-back)

Revenir en haut Aller en bas

Un peu d’espièglerie avant le début des hostilités (flash-back)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Emissions d’Algérie en billet avant 1962
» [QUESTION] Avant de flasher mon HTC HD2
» 717 photos des voitures d'avant-guerre sur le net
» Signes avant coureur d'une crise cardiaque
» JOC comme avant...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SEARCH GAMES : ATLANTIS :: Côté détente :: Archives-